La synergologie s’est constituée pour mieux comprendre la personne à partir de son langage corporel. Or il se trouve que la personne est un être de relation qui est sans cesse en interaction. Un modèle relationnel implicite a donc peu à peu émergé du lexique corporel pour répondre aux impératifs de la relation.

NONVERBAL 13


La théorie de la relation, un héritage ancestral :
L'être humain est un être social capable de symbolisation. Mais l’être humain, en accédant à son humanité, a-t-il fondamentalement changé de dynamique relationnelle ? Les nouvelles stratégies cognitives, ne cachent-elles pas des rapports de force semblables à ce qu’ils étaient, il y a des millions d’années ?  

La perspective synergologique
incite à penser que lorsque l'être humain en situation d'insécurité se sent déstabilisé, c'est encore et encore parce qu'il est pris dans un rapport de forces forgé dans la nuit des temps et continuant à se reproduire dans les mêmes termes.
Si l’être humain ne peut pas échanger d’égal à égal, il tentera de se situer soit au dessus, au dessous ou à l'écart de l’autre. Trois dimensions, le haut, le bas, l’extérieur. Ces réalités sont incontournables, et le développement cognitif humain, l’explosion du cerveau de l’Homme n'a pas modifié d’un iota cette réalité sur le fond. L'être humain, comme il y a des millions d’années,  va se caparaçonner dans une de ces trois positions de base appelées, figures d’autorité pour en reproduire la dynamique.
Conséquent avec lui-même, l’être humain endossant une figure d'autorité, se mettra à réfléchir selon les choix logiques spécifiques suggérés par la figure d'autorité mentale et corporelle qu'il a intériorisé.  Le système des neurones miroirs amène d’ailleurs non consciemment chacun, à prendre en compte la figure d'autorité jouée par l'autre et à s’adapter à cette attitude. Les figures d'autorité sont repérées de cerveau à cerveau à l'insu des personnes elles-mêmes. Les IRM  traduisant par des images cérébrales en trois dimensions l'activité du cerveau, en attestent. Les acteurs observent l'autre à son insu ce qui est logique, mais aussi à leur insu même !

Si les figures d’autorité sont observables chez l’être humain, les trois figures primaires sont également présentes dans le règne animal, ancrant s’il était besoin de le faire, mieux encore la synergologie dans le champ évolutionniste.


Cinq traits idéaux sont à l'oeuvre dans le modèle relationnel défini lorsque la relation cesse d’être égalitaire, et que la personne sort de ce qui est défini comme un espace d’authenticité.

  1. La relation devient  le fait d'un rapport de forces
  2. Les acteurs se co-déterminent non consciemment à jouer une figure d'autorité
  3. Se positionner face à la personne qui parle devient plus important que l'information elle-même...

Ces trois figures d’autorité de base, supérieure, inférieure ou extérieure correspondent également aux trois réactions de base face au danger, là encore nées dans la nuit des temps : se battre (position supérieure), fuir (position inférieure) ou ne plus bouger (position extérieure).
Dans nos modes d’interaction socialisés par le langage, le discours en figure d’autorité peut sembler positif ou négatif et la personne se trouve en position haute ou basse selon qu’elle est celle qui parle ou celle qui écoute.

Douze figures d’autorité peuvent être observées  à l’extérieur de l’espace d’authenticité.
Dans la perspective synergologique, Il est important de repérer la figure d’autorité juste, car il lui est lié un mode de communication.
Le synergologue est formé à repérer les figures d’autorité et par une forme de questionnement réflexif, à empêcher son interlocuteur de se cloisonner dans une figure d’autorité souvent stérile. L’apparition d’une figure d’autorité chez l’autre lui permet aussi de se questionner sur sa propre communication car l’entrée en figure d’autorité procède souvent d’une co-responsabilité.

La compréhension des figures d’autorité intéresse aussi bien la négociation, que le coaching la détection du mensonge, ou tout travail sur la cohésion d’équipe ou la gestion des conflits.
Elle est sans doute l’outil synergologique qui marie le mieux approche verbale et non verbale.

figures autorites